Le Qi Gong avec la médecine traditionnelle chinoise.

L’origine des méthodes du Qi Gong médical. Le “ classique interne de l’Empereur Jaune ” (HuangDi Nei Jing**), traité essentiel de la médecine traditionnelle chinoise reprenant les connaissancesmédicales de toute la période ancienne, consacre plusieurs chapitres aux exercices de santé qui formeront plus tard le “ Qi Gong médical ”.

 

Les principales méthodes décrites sont:

- Le Dao Yin ou ensemble de mouvements pour conduire l’énergie et soigner les maladies.

  • Les An Qiao, exercices d’automassages pour faire circuler l’énergie.

  • Le Tuna, méthode de respiration pour capter la quintessence de l’énergie pure de l’extérieur et chasser les énergies perverses ou impures du corps.

Ces trois méthodes de base seront dès cette époque utilisées pour soigner les maladies, parfois en association avec d’autres techniques de la médecine traditionnelle chinoise. N’oublions pas que cette médecine servait d’abord à éviter l’apparition des maladies, à prévenir les déséquilibres qui peuvent affecter l’homme, avant que les symptômes n’apparaissent, en maîtrisant leurs causes. Les trois principes les plus importants de la pratique du Qi Gong sont déjà définis:

- Régulariser et équilibrer le corps.

- Régulariser et équilibrer la respiration.

- Régulariser et équilibrer le coeur (l’esprit).

 

Le Huangdi Nei Jing dit:

« L’homme vrai des anciens temps maîtrise les lois de la nature (et non la nature). Il s’exerce à cela : Il inspire la quintessence de l’énergie pure de l’extérieur et expire en chassant l’énergie viciée du corps. Peu à peu, l’esprit se calme et se conserve à l’intérieur. Il sent le corps s’unifier. Par cela, il peut maîtriser le ciel et la terre ». . Au début du 2ème siècle avant notre ère, le Nan Jing (Traité des ordonnances difficiles), ouvrage

célèbre de la médecine chinoise, précise la relation étroite entre la respiration et les organes, entre les centres d’énergie et les méridiens. Il dit: - « L’inspiration nourrit les reins et le foie, l’expiration purifie les poumons et le coeur, entre l’inspiration et l’expiration, larate reçoit l’énergie alimentaire ».

- « L’inspiration entre avec le Yin. L’expiration sort avec le Yang ».

- Le rôle du Dan Tian: « Où l’énergie est conservée entre les deux reins s’appelle le Dan Tian ». « Le Ming Men (porte de vie) est relié au Dan Tian ».

« Le Ming Men est la racine des 12 méridiens principaux ».

 

. Durant cette période très riche, les principales méthodes apparaissent:

 

- Les Dao Yin (Qi Gong en mouvement) sont largement répandus, comme en témoigne la

découverte en 1973 du rouleau en soie peinte de Ma Wang Dui. Cette pièce remarquable remontant du 4ème au 2ème siècle avant notre ère montre, par

des dessins très vivants, 44 postures pratiquées à l’époque.

 

-Les méthodes de mouvements qui cherchent à imiter les animaux et la nature pour renforcer la santé et accroître la longévité. Hua Tuo (145-208),médecin très célèbre, a créé dans ce sens le Qi Gong du “ Jeu des cinq animaux ” (le tigre, le cerf, l’ours, le singe et l’oiseau) où l’on imite chaque animal pour renforcer des parties du corps ou des qualités que l’on peut leur attribuer. Il existe aujourd’hui plusieurs méthodes des “ cinq animaux ”qui sont dérivées de l’enseignement de Hua Tuo.

D’autres méthodes reproduisant des éléments naturels, comme celles des cinq animaux, se sont développées à la même époque, toujours dans les sens de renforcer la santé et faire circuler l’énergie dans le corps en le purifiant. Ainsi, il y a des Qi Gong des oiseaux ou de la tortue (devenue le symbole de la longévité dans la culture chinoise longévité attribuée à sa respiration profonde et très lente). Est mentionné dans le premier chapitre du “ Bao Bu Zhie ”, un Maître taoïste, SHI CHUN, vivant au 3ème siècle et soignant les malades par la projection de l’énergie. Cette technique utilisée par ceux qui peuvent maîtriser le mouvement des énergies, consiste pour le thérapeute à capter les énergies cosmiques pour les projeter par son corps (le plus souvent par les Lao Gong) sur certaines parties du corps du malade. Cela peut ressembler aux méthodes utilisées en Occident par les “ magnétiseurs ”. Cependant, la technique de projection de l’énergie requiert toute la conscience et la connaissance du mécanisme pathologique de la maladie. Ici, l’esprit est actif et le médecin n’est pas un simple canal passif. Cette technique est donc très délicate et demande une grande qualité de la part du médecin. Elle est moins enseignée aujourd’hui en raison de la déperdition d’énergie qu’elle cause au thérapeute, cependant certains l’utilisent toujours. On appelle ces méthodes, “ Wai Qi ”, où méthode de l’énergie projetée

. Le Docteur Chao Yuan Fan écrit en 610 son livre “Zhu Bing Yuan Huo Lun ” ou “ Traité sur les origines des différentes maladies ”. C’est le premier ouvrage connu dans l’histoire de la médecine chinoise, traitant du système du QI Gong médical. En effet, tous les traitements prescrits utilisent soit des techniques de Qi Gong, soit des principes de Yang sheng. Par la suite, beaucoup de médecins traditionnels vont utiliser les techniques

données dans cet ouvrage. Il constitue une référence du système du Qi Gong médical.

 

. A la même époque, Sun Si Miao (581-682) figure comme une étoile brillante dans l’histoire de la médecine chinoise. Il a consacré sa vie à développer, avec la théorie et la pratique de la médecine chinoise, les applications du Qi Gong médical dans le traitementdes maladies. Sun Se Miao a laissé deux grands traités de médecine chinoise, où sont reformulés les principes anciens, enrichis de l’expérience de ce grand médecin. Le premier, Pi Ji Qan Jing Yao Fe, « Mille et une prescriptions valant leur pesant d’or », consacre un chapitre à la pratique du Qi Gong et à l’éducation du caractère. Il y décrit deux méthodes, toujours pratiquées:

  • La méthode de massage du royaume Dian Zhu. Elle décrit 18 mouvements en position assise.

  • La méthode de massage de Lao Tseu, qui comporte 49 mouvements et des automassages.

Ces deux méthodes vont beaucoup influencer le développement des Qi Gong dans les dynasties suivantes. Elles ordonnent et clarifient la progression des exercices énergétiques. Sun Se Miao utilise les anciennes méthodes de Dao Yin (mouvements pour conduire l’énergie), de TUNA (méthode de respiration) et des méthodes statiques de méditation. Il les assemble selon les symptômes à traiter. Il donne aussi de nombreux conseils de prévention des maladies et montre l’importance d’associer méthodes statiques et méthodes dynamiques: « Pour pratiquer la méthode statique, il faut déjà pratiquer le mouvement (Dao Yin) ».

Il a beaucoup développé l’utilisation des 6 sons dans le domaine thérapeutique: D’après lui, toutes les maladies sont reliées avec les 5 organes. Chaque son correspondant à un organe, l’utilisation des 6 sons agit plus efficacement sur les maladies.

Pendant tout le 2ème millénaire avec le développement de la médecine chinoise, les techniques pour faire circuler l’énergie sont très répandues. De nombreux médecins de l’époque utilisent les méthodes de Dao Yin. Toutes les méthodes s’expliquent plus clairement par l’aboutissement des théories de la médecine chinoise comme le Yin et leYang, les 5 organes, l’énergie et le sang, les méridiens... Elles se simplifient et se rationalisent avec les connaissances plus précises.

Ainsi le Dao Yin sert à faire circuler l’énergie et le sang, à renforcer et assouplir les articulations. Il régularise à l’intérieur les 5 organes et les 6 entrailles, en harmonisant les 4 membres et les 7 orifices. Il est utilisé à titre préventif et thérapeutique.

 

Le Dao Yin le plus pratiqué au 10ème siècle est la méthode du Maître taoïste Chen Xin Yi, ermite dans les montagnes sacrées taoïstes de Wudang. Il créé le style des “ 24 exercices de Dao Yin en position assise ” pour soigner les maladies. Il explique les relations de chaque mouvement avec les méridiens et les différents symptômes. Sa méthode joue un rôle important dans l’histoire du développement du Dao Yin.

 

En 1956, le Docteur Liu Gui Zhen, va fonder le premier centre national de Qi Gong médical à Beidaihe. Atteint d’un ulcère gastrique dans les années 40, il pratique pour se soigner, les techniques du Qi Gong avec Maître Liu Du Zhou, héritier de la méthode de Qi Gong “ pour nourrir l’intérieur ”, qui associe la respiration à des postures spécifiques. Il se guérit complètement. A la suite de ce succès thérapeutique, il utilise cette méthode pour traiter des ulcères gastriques.

 

Devant les résultats très encourageants, le gouvernement de la province du Hebai lui permet d’établir le premier centre officiel de traitement du Qi Gong à Tan Shan. Durant trois années, il soigne des patients et fait de nombreuses recherches sur le Qi Gong médical. Les bons résultats obtenus dans les traitements, leur innocuité et leur faible coût intéressent le Ministère de la Santé chinois: Il lui confie la réalisation du premier centre national de Qi Gong de Beidaihe.

 

Ce centre est à la fois un centre de traitement, un centre de formation pour les médecins et un centre de recherches sur les méthodes du Qi Gong médical. C’est le Docteur Liu Gui Zhen qui désigne sous le nom générique de “ Qi Gong ” l’ensemble des techniques énergétiques du travail du corps et de l’esprit. A cette époque et jusqu’en 1966, plusieurs milliers de médecins chinois sont formés aux techniques du Qi Gong médical.

 

De nombreuses recherches scientifiques et médicales étudient les techniques énergétiques appliquées à la santé. Les recherches portent surtout sur les modifications de la physiologie découlant de la pratique du Qi Gong, les effets de l’énergie projetée, notamment sur le système immunitaire, et des statistiques de traitements d’affection par les techniques de Qi Gong.